Déclarations CFTC au CSE du 16 décembre 2021

1.Déclaration préalable

Si nous devions faire un bilan de cette année, notre entreprise ne déroge malheureusement pas au constat sociétal qui relate une forte progression de la violence, que l’INRS classe en trois catégories :

– Violence diffuse que sont les incivilités au quotidien

– Violence insidieuse quand des clients dégradent volontairement des biens.

– Violence manifeste en ce qui concerne les agressions verbales ou physiques.

 

Sensibles à cette montée en puissance des incivilités que nous subissons dans nos magasins années après années et de manière quotidienne, nous n’avons cessé de vous alerter.

 

Malheureusement, nos demandes répétées, en faveur de la constitution d’un registre interne des incivilités nécessaire à l’élaboration d’un arbre des causes, sont restées vaines. Force est de constater qu’à la GDT on préfère faire de cette insupportable réalité… une normalité.

Actuellement dans notre entreprise, le seul moyen officiel de faire remonter les incivilités passe par le biais de la déclaration d’accidents du travail, ce qui en limite le nombre. Certes, un onglet récent est prévu dans l’application “avis collaborateur” mais outre le fait qu’elle est encore en phase de test, elle nécessite aussi d’être connecté à un compte (quid de l’anonymat).

Les actions mises en place ne sont pas suffisantes car aucune ne relèvent de la prévention primaire, alors que la plupart des insatisfactions clients sont liées à vos choix organisationnels.

 

Sachant que la pandémie en plus de bouleverser la vie de tous engendre des difficultés d’approvisionnement, vous avez rajouté à cela l’accroissement de la charge de travail, la temporisation des rendez-vous clients et la pression de nouveaux indicateurs. Tous ces éléments conjugués sont venus complexifier notre travail et contribuer à l’épuisement psychologique général générant potentiellement des violences en interne, d’ordre parfois physique mais surtout verbale.

 

Nous vous avons écouté attentivement tout au long de cette année nous dire combien l’expérience clients et salariés est importante pour vous. Mais vous, nous avez-vous écouté ?

Pour fidéliser un salarié il faut savoir reconnaitre ses compétences, savoir lui faire et lui donner confiance, le payer le juste prix, mais aussi, vraiment, se préoccuper de ses conditions de travail et se soucier de son bien-être.

 

Vos choix stratégiques vous paraissent-ils pertinents ?

 

Pour la CFTC non, l’article L4121-1 du Code du travail précise que l’employeur « prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité physique et mentale des travailleurs ». Le Code du travail précise que ces mesures comprennent également des mesures de prévention des risques professionnels privilégiant toujours de combattre le risque à sa source.

 

Pour la CFTC, nous réitérons notre demande de création d’un registre des violences où elles seront classées par catégories (interne/externe/physique/verbale, etc…), et de laisser à chaque salarié le temps de s’approprier et de maitriser les nouveaux outils et process que vous décidez de déployer en en réduisant la quantité et le rythme.

 

2.Déclaration au point 5 ( Activités sociales et culturelles)

 

Dans cette crise économique que nous traversons actuellement tout augmente plus rapidement que nos salaires de base.

 

Cela peut certes indigner certains homologues d’organisations syndicales que nous ayons osé demander la révision à la hausse du chèque cadeau de Noël des salariés dont le plafond URSAFF a été porté pour cette année de 171€ à 250€.

 

Pour rappel, l’année dernière nous avions fait la même demande, et lors de la séance du CSE du mois de décembre vous aviez justifié votre refus par le délai trop court de prévenance de l’état, l’incapacité de Proweb à vous fournir l’état des dépenses, ainsi que le bilan comptable à date.

Aussi cette année, nous vous avons écrit le 24 novembre dès l’annonce du gouvernement pour vous permettre de mesurer l’impact financier de consulter en amont le cabinet comptable, ainsi que Proweb.

 

La CFTC demande aux élus du CSE de contribuer au pouvoir d’achat des salariés en versant un complément de chèques cadeaux de Noël.

 

Il y a ceux qui ne demandent qu’à la direction et ceux qui demandent partout où il est possible de récupérer du pouvoir d’achat ! Bien évidemment, nous aussi, nous ne cessons de demander des augmentations de salaire à la direction mais également au niveau de la branche professionnelle dont nous dépendons.

 

 

3.Déclaration au point 6 (bilan des parcours de développement de compétences dans le cadre de la mise en place de
l’organisation cible).

 

Nous vous remercions pour la présentation du bilan des parcours de développement des compétences dans le cadre de la mise en place de l’organisation cible, pour lequel nous vous avions sollicité entre autres sur la partie reconnaissance des statuts de managers adjoints et coachs.

 

Cependant, à la lecture du document nous constatons deux poids- deux mesures :

 

Les salariés missionnés ou détectés comme potentiels Directeurs de magasins pour lesquels on se réjouit qu’ils bénéficient directement du parcours Intrapreneur.

 

A contrario, on vous alerte sur la complexité et la lourdeur du parcours préalable réservé aux éventuels managers adjoints et coachs.

 

Il est, en effet, dommageable qu’il faille conditionner l’accès au titre de manager adjoint ainsi que coach à la validation d’une certification pour les salariés qui exercent ces fonctions depuis de nombreuses années.

 

Nous souhaiterions savoir sur les 72 salariés qui ont validé le parcours « titre professionnel MUM », combien ont le titre manager 1, 2 ou 3 ?

De même pour les 29 salariés qui ont validé le parcours « Bloc Management », combien ont le titre Coach des ventes ?

Qu’avez-vous mis en place comme mesures d’accompagnement des formations manager adjoint par les DM ?

Quels moyens donnez-vous aux mentors ? et quelles reconnaissances ?

Pourquoi refuser à certains l’accès à un parcours qui leurs permettrait d’obtenir les compétences manquantes ?

Nous exprimons une nouvelle fois notre inquiétude quant à la reconnaissance des salariés investis dans notre entreprise.

 

section syndicale CFTC

Related Posts

Déclaration préalable CFTC au CSE du 13 juillet 2022

Déclaration préalable CFTC uu CSE du 19 mai 2022

Les congés payés que nous avons acquis au cours de la période du 1er juin 2020 au 31 mai 2021 doivent être pris au plus tard le 31 mai 2022, sinon ils risquent d’être perdus.

Les congés payés que nous avons acquis au cours de la période du 1er juin 2020 au 31 mai 2021 doivent être pris au plus tard le 31 mai 2022, sinon ils risquent d’être perdus.

Déclaration préalable CFTC au CSE du 23 mars 2022